• Jean-Pierre Peeters, DMV

Quelles compétences pour être un leader ?


Vous êtes né pour être un leader !




Etre un leader, c’est avoir une vision et la capacité de mobiliser l’énergie pour aller vers cette vision.

Cela signifie mettre en place des actions, régulièrement, et cela sans accorder trop d’importance aux regards des autres.




Parcourir ces étapes est déjà un défi en soi, il vous faudra aussi être résilient (vous relever et poursuivre votre chemin après une difficulté, une erreur ou un échec cuisant).

Il m’est facile d’écrire et de savoir en théorie ce qu’il y a lieu de faire. En pratique, c’est une tout autre chanson.





Au long de ma carrière véto, je pourrais dire que le marketing au sens large m’a évité bien des problèmes. Mais si je suis sincère, je devrais dire que ce sont les difficultés qui m’ont poussé à développer le marketing. Pas que je le fasse à contre cœur, car je vous l’ai déjà dit, j’adore ça.




Le parcours du combattant, dans la boue, la tempête et les charges sociales.


J’ai connu les disputes entre ASV, une assistante qui déboule en chirurgie et vous somme, en hurlant, de faire quelque chose car elle n’en peut plus de sa collègue.

Des stagiaires heureux et d’autres qui portent plainte sans aucune raison justifiée au service d’aide sociale à l’emploi.


Cette anecdote n’est pas banale. La raison était que la stagiaire ASV qui devait être engagée au bout du stage devait passer un examen dans son centre de formation, et avait peur de le rater. Le statut de stagiaire en intégration-formation est un deal : elle apprend pendant 6 mois, et je promets de l’embaucher. En échange, je ne paye presque pas de charges sociales pendant cette période.


En choisissant de ne plus venir à la clinique pour pouvoir étudier, elle prenait un gros risque puisque son contrat ne prévoyait pas ce cas de figure. Dans la peur, pour se couvrir et surtout pour ne pas perdre son droit au chômage, sa mère (on parle d’une stagiaire ASV de 18 ans) lui conseille de porter plainte contre moi, juste pour se prémunir.


Quand vous êtes victime d’une injustice gratuite qui peut vous coûter les aides sociales de tous vos futurs employés, je peux vous dire que le sentiment d’injustice est à son paroxysme. La stagiaire en question est aujourd’hui une "grande fille" et une ASV hors pair chez un confrère. Depuis, elle s’est excusée plusieurs fois citant son jeune âge de l’époque et l’influence (manifestement néfaste) de ses parents.


Après 2 ans de bons et loyaux services, une ASV m’a quitté du jour au lendemain pour burn out. Je rentrais de 3 semaines de vacances, et le lundi matin pour la reprise, elle n’était pas là. Je ne l’ai plus jamais revue !





Peut-être la surcharge de travail à ce moment a-t-elle été le déclencheur ? Le Centre Vétérinaire a dû être géré semaine après semaine, sans savoir quand elle reviendrait, si elle reviendrait ou si je devais engager et donc chercher quelqu’un d’autre sur le champ. Incertitude, anxiété, semaine de 60 heures, remise en question…


Un confrère vétérinaire consultant externe qui manquait cruellement de conscience professionnelle.


Des remplaçants avec trop peu d’expérience qui faisaient plus de dégâts en deux semaines que si j’avais fermé la structure.


Un client qui vient hurler en salle d’attente parce que j’ose réclamer la facture de 400 euros pour l’hospitalisation du chat de sa fille, j’en passe et des meilleures.


Je n’ai eu personne qui puisait dans la caisse, mais je connais quelques confrères qui n’ont pas eu la même chance.


Bienvenue dans le monde des patrons.


"Vous faites un si beau métier Docteur, vous avez de la chance… "

" Madame Martin, par pitié, taisez-vous ! "




Si j’écris ce blog, c’est parce que je n’ai aucun problème !



Comme je voudrais que ce soit vrai !

Mais c’est impossible. Dès que vous bougez, dès que vous déplacez les lignes, dès que vous passez à l’action, que vous créez, que vous inventez, vous êtes en proie au regard des autres, et immédiatement à leur jugement.

Si j’écris ce blog, c’est parce que j’ai les mêmes problèmes que vous. Je les connais bien. A chaque rencontre, j’aime interroger mes amis vétérinaires (et même ceux que je connais peu) sur les joies et les difficultés de nos pratiques. Et bien nous sommes très nombreux à être dans le même bain.



Tous à vrai dire. Absolument tous les vétos ont les mêmes problèmes.

Dans le mastermind que je fréquente une fois par mois (un groupe de 25-30 patrons représentant quasi autant de professions), aucun entrepreneur, je dis bien aucun sur les 30 patrons, n’a connu un long fleuve tranquille. Tous sont passés, à un moment ou un autre de leur carrière, par une difficulté majeure.



Dans le mastermind que j’ai fondé, qui comprend 8 vétérinaires, et avec lesquels nous organisons une réunion mensuelle, même parcours du combattant.



Devenir vété, n’est pas une sinécure. La chanson a oublié de dire : L’être, non plus !




Les mêmes problèmes mais pas la même gestion.


J’ai appris, essentiellement par la formation, l’accompagnement d’experts, les bouquins et aussi par intuition, à gérer les problèmes et encore mieux, à les prévenir. Car quand vous êtes formé, même si vous avez potentiellement les mêmes aléas que tous, la façon dont vous les gérez n’est plus tout à fait la même.


Etre leader n’est pas "ne plus avoir de problèmes", être leader c’est "mieux prévenir et gérer les problèmes".

Comment on fait en pratique ?

En tant que leader, vous allez avoir plusieurs nouveaux rôles. La prévention des problèmes passe par plusieurs casquettes.

Le leader a créé une équipe enthousiaste.


Dans le passé, vous avez pu choisir d'être autoritaire, c'était le passé. Non seulement ce genre de management des personnes ne fonctionne que par frustration, mais en plus, vous allez voir le bien être de votre équipe fondre comme neige au soleil.


Bien sûr vous restez le patron, il faut que la boutique marche droit. Si vous êtes autoritaire les ordres seront exécutés mais juste vos ordres. Rien de plus. Cela signifie que la créativité disparaît avec l'autorité. La confiance que les collaborateurs auront en vous sera exécrable.

Un nouvel état d'esprit "en mode leader", va susciter une confiance grandissante dans les actions et par contagion, une confiance des collaborateurs en eux-mêmes. Le personnel sera à nouveau dans l'initiative, vous allez gagner un temps fou et en même temps avoir moins de préoccupations.


Une équipe construite sur des bases solides de partage et de confiance, sera beaucoup plus à l'écoute, et investie dans la vie de la clinique. C'est seulement dans ces conditions que vos remplaçants, ASV, aides courte ou longue durée, seront prêt à se dépasser, à voir naître une toute nouvelle conscience professionnelle, à rester plus tard si vous êtes dans l'embarras avec un cas complexe (rappelez-vous, le syndrome urologique félin survient toujours le samedi de préférence vers 15 h 😉 ), bref de s'investir dans le travail.





Le leader recherche tout le temps les améliorations.


Même si votre structure vétérinaire fonctionne bien, le leader ne s'assied pas sur son succès. Vous serez à l’affût, antennes déployées pour trouver, seul ou avec vos collaborateurs, une innovation, un nouveau service, une nouvelle idée. Vous encouragerez les suggestions venant de vos collaborateurs.

Surtout, vous allez intégrer une nouvelle habitude : les félicitations. Même si vous voulez critiquer le contenu d’une idée, n’oubliez pas de féliciter et de remercier d’avoir eu une idée.

Une intention positive d’avoir une idée moyenne reste une intention positive.

C’est pour ça que vous dites merci.

En comportement canin comme en sociologie, le renforcement positif fonctionne à merveille.





Le leader est adepte du feedback constructif.


Envers vous-même ou votre équipe, votre allez utiliser la critique constructive. A partir d'aujourd'hui, il y aura plusieurs couleurs dans vos remarques.

La couleur du guide qui explique qu'en faisant de telle façon on aura de meilleurs résultats.

La couleur de la gratitude : vous êtes déjà content de l'avancée du projet ou de la tâche, même si vous préférez changer de direction.

La couleur de la confiance: sur base des nouvelles directives, vous laissez faire vos collaborateurs sans trop intervenir, en pratiquant une vraie délégation.


Là aussi les formations existent en nombre. En dehors du circuit vétérinaire vous pouvez trouver une quantité incroyable de très bonnes formations en leadership, en communication, développement personnel, etc… Ouvrez votre esprit, participez à des conférences, développez des réseaux de personnes qui ont le même intérêt, échangez des idées.



Un leader se forme en permanence, un leader s'entoure.






Le leader n'est pas né leader, il l'est devenu.


En tant que leader, vous serez bon quand les enjeux seront élevés. Ce n'est pas toujours confortable, mais c'est le signe distinctif des gens qui prennent de la hauteur quand la situation est stressante. Prendre de la hauteur, c'est se calmer, s'ancrer dans le sol, garder la tête froide et réfléchir. C'est en situation d'urgence que votre équipe va le plus compter sur vous. Lorsqu’un chien arrive dans les bras de son propriétaire, accidenté, à moitié conscient et dont le sang coule par terre, c'est là, et là en particulier, que la pression doit rester basse.




Le leader sait ce qui stimule ses collaborateurs.


Le leader comprend les gens, et souvent, il les aime. Aimer les gens n'est pas à la portée de tout le monde, souvent cela vient avec l'âge (mais pas nécessairement). L'empathie arrive souvent en même temps que le fait de relativiser.


Dans le livre hyper best-seller de Dale Carnegie Comment se faire des amis:



"Vous vous ferez plus d'amis en deux mois si vous vous intéressez vraiment aux autres que vous ne vous en ferez en deux ans si vous cherchez à susciter leur intérêt."


Ça ne veut pas dire que quand mme Martin me raconte le mariage de sa fille, je suis pris d’un intérêt hors du commun, je suis hypnotisé par le sujet et j’en redemande, non. En général, à ce moment, je pense aux gens en salle d’attente, j’ai du mal à empêcher mes pieds de tapoter et je prie pour que l’anecdote cesse. Avoir de la bienveillance, n’est pas aimer les mêmes choses que les autres.




Le leader est avant tout exigeant avec lui-même.


Vos objectifs sont élevés, vous mettez toutes sortes de choses en œuvre pour parvenir à vos objectifs et vous apprenez de vos erreurs. Etre exigeant avec soi-même ça veut dire aussi : moins se plaindre, garder la tête haute après un échec, rectifier, avancer. Si vous étiez patron et que vous devenez leader, vous servez de modèle, votre équipe vous observe et va mimer vos comportements. Si vous vous plaignez, ils le feront aussi.


Vous allez devenir exemplaire dans le sens premier du mot.

C’est aussi pour ça que le leader ne se décourage pas facilement, parce qu’il est conscient qu’il sert d’exemple.





Le leader est définitivement orienté solution.


Un jour, un mentor m’a dit « tu sais Jean-Pierre, l’optimisme, ça se choisit ».

Il m’a fallu quelques jours pour intégrer l’information. Peut-on vraiment choisir notre état d’esprit comme on choisit une chemise dans la garde-robe ? Et bien c’est presque ça. Si vous n’êtes pas naturellement optimiste, cela s’apprend, on peut s’entraîner à le devenir.

Positif, optimiste, orienté solution… même dans la difficulté, il y a des opportunités.

La peur et l’angoisse sont des ennemies de l’efficacité et du succès.

Ce qui est intéressant pour atteindre cet état d’esprit, c’est de ne pas toujours se prendre au sérieux. De temps en temps, riez de vous-même.


Et pour rire de soi:

Voir tout en dessous: podcast (audio) Le vétérinaire et l'esthéticienne







Le leader a une vision et réalise ses objectifs.


Il existe un gouffre entre l’apprentissage et le passage à l’action.

Vous pouvez avoir toutes les compétences d’un leader, si vous ne passez pas de la théorie à la pratique, vous n’irez nulle part. L’action est le seul moyen pour évoluer. Si vous avez une vision claire, par exemple un objectif précis à 1 an, alors le passage à l’action est facilité.



Pour recevoir d'autres articles, du contenu riche, des podcasts et des vidéos sur le marketing vétérinaire, remplissez la fenêtre ci-dessous. Vous recevrez également le guide des 10 techniques pour améliorer rapidement votre chiffre d'affaires. Dix techniques et certaines dont vous n'avez jamais entendu parler !


Recevez le guide: 10 techniques faciles pour

améliorer votre chiffre d'affaires rapidement

Le VT et l'esthéticienne
00:00 / 04:10
Organiser une réunion brainstorming
00:00 / 05:32
Une boisson personnalisée
00:00 / 01:34
Le ct de mon asv a un abces
00:00 / 02:13

    Créé par Jean-Pierre Peeters, Vétérinaire