• Jean-Pierre Peeters, DMV

Comment rester motivé sur un projet colossal


Quand vous avez un projet vraiment énorme, un projet d’envergure dont il faudra une année et plus pour arriver au bout, on pourrait vite se décourager. Face à ce genre de projet, quand on ne se sait vraiment pas par où commencer, l’envie de céder à la panique est grande, voire, pour avoir la paix tout de suite, l’envie d’abandon immédiat.





Les recherches en neuroscience montrent que le problème est de plusieurs ordres :

L’excédent d’information qu’inspire un tel projet peut mettre votre motivation en stand-by. Votre cortex est paralysé car la tâche est titanesque.

Exemple: construire une nouvelle structure vétérinaire avec, en parallèle, un projet d’association.


L’état décisionnel lui aussi peut se mettre au repos : ne pas savoir par où commencer, craindre de ne pas prendre les bonnes décisions.

La peur devant cette énormité : peur de l’effort à accomplir, peur de démarrer un travail dont on ne perçoit pas la fin, peur de ne pas être capable de relever un tel défi.

Dans la majorité des cas, si vous n’êtes pas préparé, vous allez purement et simplement jeter l’éponge. Mais pas au sens où vous abandonnez consciemment en ayant le courage de dire : “je ne veux pas faire ça !”


Non, de manière bien plus insidieuse, la procrastination va se mettre en place, le report à une autre date, sans toutefois fixer de date.



Un juste milieu entre l’abandon total et la mise en action immédiate.



Un état que votre cerveau adore : je ne prends pas de risque et en même temps, je déculpabilise.

Voilà pourquoi la procrastination est si puissante ! Votre cerveau est dans un hamac confortable, aucune prise de risque à l'horizon. Pour lui (votre cerveau), le report des tâches au lendemain voire plus tard est de loin le meilleur compromis. C'est en réalité le pire.




Au quotidien, en médecine vétérinaire, on ne se pose pas trop la question de la procrastination : quand on a un rendez-vous en salle d’attente, on va chercher le client et puis le suivant et ainsi de suite, jusqu’à la fin de journée. C’est assez rare de dire : "mme Martin, je vous verrai demain parce que là tout de suite, je n’ai pas envie ! "


Par contre quand on se trouve face à des tâches "marketing" comme créer la nouvelle newsletter, choisir les nouvelles images pour la salle d’attente ou inscrire les différents points pour la réunion avec les asv, c’est une autre paire de manche, et la motivation n’est plus extrinsèque (le client est en salle d’attente, il faut bien le prendre), mais uniquement intrinsèque: l’action dépend de vous et uniquement de vous. Là, la procrastination peut pointer le bout de son nez et avec elle, l’envie de remettre au lendemain.


Surtout avec les tâches d’envergure comme par exemple : "établir le plan de communication sur l’année, détails des différents canaux et attribution des budgets à chaque canal."

Ce genre de tâche dont l’intitulé seul peut donner la nausée est la spécialiste pour appeler la procrastination.

Heureusement il existe plusieurs façons de comprendre la motivation et de la faire naître.


Plusieurs notions par rapport à la motivation :

Nous sommes naturellement motivés par ce qui est important pour nous. Je veux dire par là que pour les choses importantes, la motivation est omniprésente.


Exemple : vous êtes sur un sentier de randonnée en montagne, vous et vos enfants (ou quelqu’un qui vous est cher, si vous n’avez pas d’enfant), le sentier devient de plus en plus étroit et de plus en plus dangereux. Votre enfant est juste devant vous. A gauche, il y a le flanc de la montagne auquel vous vous appuyez pour aider votre progression, à droite c’est le ravin. Et le sentier est tellement étroit qu’il vous oblige à être à la queue leu-leu.

Là, votre enfant glisse et va tomber dans le vide, mais heureusement vous pouvez le rattraper à bout de bras. Que faites-vous ?


1. Vous agissez immédiatement sous l’emprise d’une décharge d’adrénaline hors norme

2. Vous procrastinez et reportez au lendemain



Ah non mon chéri, là je ne suis pas très motivé. Tombe demain !







Vous voyez où je veux en venir, la motivation est toujours là pour les choses importantes, celles qui vous tiennent à cœur, qui vous donnent de l’énergie plutôt que de vous en prendre.


Voilà pourquoi si vous adorer écrire, une newsletter ne sera pas un problème pour vous, par contre, peut-être que construire et gérer une réunion sera problématique.

Et comment faire pour être motivé quand la tâche ne nous plaît pas plus que ça ?

Sachez que dans un projet, il y a un moment où la motivation, la satisfaction et le sentiment d’accomplissement sont très élevés : quand le projet est fini.



Terminer un projet est en soi une source de motivation importante et de joie.


Problème : on voudrait cette motivation au début du projet et non uniquement à la fin.

La solution : un éléphant ça se mange une bouchée à la fois !

Vous allez saucissonner le projet en projets plus petits. Un projet sur un an sera divisé en 4, et chaque trimestre sera également découpé en 3 parties minimum. Vous aurez ainsi des tranches de mensualités pour des petits projets accessibles.


Chaque petit projet mensuel doit être considéré à part entière, avec à chaque fois, une victoire fin de mois et une célébration digne de ce nom, comme pour un grand projet. Placez un regard sur ce qui a été accompli et vous verrez votre énergie monter immédiatement.


Il y a peu de choses aussi motivantes que de voir ce que vous avez construit. Dès lors, chaque fin de mois vous offre une bonne dose de motivation pour entamer la tranche suivante.

Et quand je parle de célébrer, les spécialistes de l’organisation et du passage à l’action en font une véritable religion.



Le message donné à soi-même par une célébration de victoire laisse des traces pendant plusieurs jours.




Une bouteille de champagne, un resto, une journée de congé bien méritée, peu importe, pourvu que ça vous fasse plaisir.


Quand j'interroge les vétérinaires, nous sommes tous très créatifs pour trouver des idées de célébrations. Par contre, je constate aussi que peu passent à l'action en célébrant.


Tous les mois un succès ! Tous les mois une victoire ! Voilà votre nouvel engagement.





Il est pratiquement impossible d’être suffisamment motivé par un projet dont vous ne voyez ou ne pouvez imaginer la fin.

Or, avec un projet d’une tranche mensuelle, vous voyez la fin. Et cette visualisation de l’objectif accompli, vous aide à vous mettre dans un "état de compétence" : je suis capable de m’attaquer à cette tâche, elle est accessible, de plus je la vois déjà dans son état de tâche terminée, ce qui est très motivant.

Plus besoin d’attendre des semaines avant d’avoir sa petite dose de dopamine, boostant principal de l’entrepreneur. Il s’agit du fameux sentiment d’accomplissement, celui-ci vous met en mouvement, vous pousse à l’action et vous rend plus productif.

Un avantage important des petites tranches de tâches, c’est que vous avez besoin d’être moins organisé, vous pouvez vous y mettre même si vous n’avez pas 4 heures devant vous.

Vive les « petites » victoires !


Si par exemple vous voulez créer ce que en entreprise on a coutume d’appeler "une expérience inoubliable", et que vous choisissez la stérilisation chienne pour la transformer en expérience inoubliable, vous risquez de ne pas savoir par où commencer.


Vous êtes perdu par les idées bonnes et mauvaises, insatisfait parce que rien ne se met dans l’ordre. Si par contre vous prenez une feuille blanche et que vous listez toutes les étapes par où le client est en contact avec votre structure, vous établirez facilement un plan de votre expérience client, un genre de table des matières.





Quand vous écrivez votre plan :


- client au téléphone

- client sur le parking

- client laisse sa chienne

- etc…



Il vous suffit de laisser de l’espace entre chaque étape et de réfléchir à "qu’est-ce qu’on dit, qu’est-ce qu’on fait" à chaque étape.

On saucissonne, encore et toujours.



Ainsi vous résisterez à corriger vos esquisses alors que vous n’avez même pas encore de plan général.



On surestime ce qu’on peut faire à court terme, et on sous-estime ce qu’on peut faire sur 1 an !



Quand j'ai une journée dédiée à mes projets (que je ne suis pas dans ma structure à faire des consultations), j'ai tendance à vouloir remplir la barque, je prévois 3 tâches d'envergure et j'ai du mal à boucler le tout. Par contre on imagine pas à quel point un projet peut avancer avec une 1/2 heure par jour. Où en serez-vous dans 8 mois ?


En résumé : scindez votre objectif principal en sous projet 3 à 4 fois plus petit. Divisez encore chaque sous projet en un nombre acceptable de quelques tâches. Vous ne perdrez plus votre enthousiasme face à l’immensité. Chaque tâche devient accessible et amène à une autre, tout aussi accessible, cela nourrit votre motivation. Cette technique de productivité permet de gérer plus facilement le stress et vous propose, au contraire, d’être plus zen et de célébrer plus souvent toutes les étapes que vous considérez importantes.




Malheureusement notre éducation ne nous habitue pas à célébrer les petites victoires, on a vite intégré que travail = souffrance et que ça fait partie de la norme. Je me battrais sans relâche contre cette idée. Toutes les personnes que j'ai rencontré dans mon parcours et qui célèbrent régulièrement, sont plus créatives, plus productives et plus dans la joie.



Pour maintenir cette motivation dans un haut niveau, il est impératif que l’objectif final vous inspire. Que ce soit par l’aboutissement (fin de l’année) ou par le cheminement (la célébration des étapes), il est fondamental que le processus vous plaise.


Pour votre nouvelle structure: vous allez célébrer l'installation électrique, pas comme une simple étape, mais bien un projet en soi ! Autant que la pose des châssis, autant que le plafonnage. Car même si ces éléments ne vous parlent pas, ils font partie de votre projet de cœur: construire un rêve, avec une équipe au top et mieux servir. Servir les clients et servir votre vocation.


Vous ne verrez plus la pose de gyproc ou de placo comme la source de problème que l'on peut connaitre sur un chantier, mais comme une balise à part entière de votre rêve de gosse.


Ce ne doit aucunement être une obligation non inspirante, sans quoi votre motivation intrinsèque va s’effondrer. Dans l'exemple de la construction d'un bâtiment, le chemin est parfois semé d'embûches et en même temps l'objectif est très motivant.






L’intérêt du pourquoi.


Le pourquoi est la raison essentielle pour laquelle vous faites les choses.

En tant que vétérinaire, on ne s'en rend pas toujours compte, mais nous offrons beaucoup de bonheur, de sécurité, de clarté et d'apaisement aux propriétaires. Ça pourrait être un "pourquoi" nous faisons les choses.



Offrir du bonheur et de l'apaisement, il y a pire comme pourquoi.


Pourquoi je fais ces travaux ? Pourquoi je fais cette formation et me lève à 7h00 un dimanche matin pour faire 1H30 de route ? Pourquoi j'achète cette machine ? Pourquoi aujourd'hui je rentre à 20 h ?


Tout le monde aime avancer dans un projet, mais si vous ne savez pas pourquoi vous faites les choses, vous risquez de stagner sans même vous en rendre compte.

C'est intéressant de revenir à la raison d'être de ce que l'on fait, cela éclaircit l'horizon, cela vous permet de visualiser les actions essentielles de celles qui sont secondaires.


Le pourquoi repose votre esprit et le sort du brouillard de l'infinité des tâches à accomplir. La raison principale de votre plan est en quelque sorte vos lunettes anti-brouillard.


Le pourquoi vous rend créatif: quand la raison d'être de ce que vous faites au quotidien est parfaitement définie, votre créativité s'exprime enfin. Pour participer à une conférence, une fête avec votre équipe, licencier une personne, préparer les vacances de chacun, rechercher un collaborateur, votre pourquoi ouvre le champ de vision des choses à faire pour parvenir à l'objectif désiré.



Quand le pourquoi est clair, des principes simples suscitent un comportement intelligent et une belle motivation. Quand le pourquoi est absent, les règles et les procédures complexes s'ajoutent au chaos, et suscitent des comportements stupides et simplistes.



Soyez doux avec vous-même: dans votre projet d'envergure, quelle va être la balise à 15 jours, voire dans une semaine ? Planifiez, engagez l'action, célébrez !




Pour recevoir d'autres articles, du contenu riche, des podcats et des vidéos sur le marketing vétérinaire, remplissez la fenêtre ci-dessous. Vous recevrez également le guide des 10 techniques pour améliorer rapidement votre chiffre d'affaires. Dix techniques et certaines dont vous n'avez jamais entendu parler !



Recevez le guide: 10 techniques faciles pour

améliorer votre chiffre d'affaires rapidement

Merci pour votre envoi !

Le VT et l'esthéticienne
00:00 / 04:10
Organiser une réunion brainstorming
00:00 / 05:32
Une boisson personnalisée
00:00 / 01:34
Le ct de mon asv a un abces
00:00 / 02:13

Recevez le guide: 10 techniques faciles pour 

améliorer rapidement votre chiffre d'affaires 

Merci !